La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP

Posté le 23/09/2020
Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP
 
 

ALGER - Le ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum, dépêché par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a eu dimanche dans la capitale malienne, Bamako, des entretiens avec une délégation du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Selon le communiqué, M. Boukadoum s'est entretenu notamment avec le président du CNSP, Assimi Goïta, le vice-président, Malick Diaw et le porte-parole, Ismael Wague.

"Ces entretiens ont été l’occasion d’aborder la situation au Mali à la lumière des dernières consultations tenues à la capitale malienne et des décisions du dernier sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao)", ajoute le communiqué.

M. Sabri Boukadoum a mis en exergue "l’intérêt particulier, maintes fois exprimé par le président de la République, que porte l’Algérie à la stabilité et à la sécurité du Mali et sa solidarité sans faille avec le peuple malien frère", souligne le ministère dans le communiqué.

Il a, dans ce cadre, réitéré "la disponibilité de l’Algérie à poursuivre son accompagnement aux frères maliens, comme elle l’a fait par le passé, dans leurs efforts à conduire une transition calme et apaisée qui soit à la hauteur des attentes du peuple malien et qui permettrait le retour à l’ordre constitutionnel", poursuit la même source.

Le ministre des Affaires étrangères a également eu des entretiens avec le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MUNISMA), M. Salah Ennadif et le Chef de la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel, M. Pierre Buyoya. Ces deux entretiens "ont porté essentiellement sur l’évolution de la situation au Mali et ainsi sur la coordination des efforts en matière de stabilisation de la région", conclut le communiqué. 

Lire la suite »

Président Tebboune: la cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"

Posté le 23/09/2020
Président Tebboune: la cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"
 
 

ALGER - Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé que la cause palestinienne "est sacrée pour le peuple algérien", déplorant, dans ce sens, "l'empressement pour la normalisation avec l'entité sioniste".

S'exprimant lors d'une entrevue accordée dimanche soir à des responsables de médias nationaux, le Président de la République a réitéré la position "constante" de l'Algérie vis-à-vis de la cause palestinienne, qui est "sacrée pour nous et pour l'ensemble du peuple algérien", déplorant, dans ce sens, "l'empressement pour la normalisation (avec l'entité sioniste), à laquelle nous ne prendrons jamais part". 

Soulignant que la question palestinienne "est la cause centrale du Proche-Orient", le Président Tebboune a déclaré: "je ne pense pas qu'il y'aura une solution dans cette région sans la résolution de cette question qui doit être par la proclamation d'un Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967 avec El Qods pour capitale".

Le Président de la République a indiqué que le discours qu'il prononcera à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations Unies, prévue mardi prochain, portera sur la défense de la question palestinienne qui ne sera pas abandonnée par l'Algérie "quelques soient les circonstances".

Pour ce qui est de la Libye, le Président Tebboune a renouvelé la position de l'Algérie en faveur d'une solution durable, émanant de la légitimité populaire électorale sous l'égide des Nations Unies, soulignant que "cette question nous concerne aussi et nous sommes un pays voisin qui partage avec la Libye de longues frontières. Nous imposerons notre avis et il n'y aura aucune solution sans notre participation".

Le Président de la République a également émis le vœu "de voir le processus en Libye couronné par une solution pérenne et non provisoire notamment à la lumière de la tenue des élections qui ont été largement accueillies et qui sont soutenues par l'ONU dans le but d'unir les frères libyens, notamment entre Benghazi et Tripoli et d'aller vers la désignation de noms pour assumer des responsabilités", soulignant qu'"il y a des noms qui commencent à apparaître".


Lire aussi: Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années


A ce sujet, le Président Tebboune a rappelé qu'il existait une nouvelle réglementation de la part de l'ONU d'où le départ de certaines parties dont Fayaz Al-Sarraj, réaffirmant que "l'Algérie n'entravera pas le processus onusien".

Déplorant la poursuite du conflit en Libye, le Président de la République a indiqué que le peuple libyen méritait de vivre dans la sécurité, la sérénité et l'unité et d'exploiter ses potentiels et les ressources de son pays".

Par ailleurs, M. Tebboune a assuré que l'Algérie suivait de près la situation au Mali avec lequel elle est en contact permanent, exprimant son souhait de voir "la période de transition réduite au minimum, outre une personnalité civile à la tête de l'Etat pour que nous puissions contribuer au règlement de la crise dans ce pays".

A ce propos, il affirmé que "l'Algérie n'a pas eu de discussions ni de concertations avec aucune partie internationale de l'extérieur concernant cette question", ajoutant que "90% de la solution malienne est algérienne et nous affirmons qu'il n'y a pas de solutions dans le nord malien sauf le retour au processus abrité par l'Algérie ainsi que la légitimité constitutionnelle dans ce pays".

Par ailleurs, M. Tebboune, a souligné que l'Algérie "n'a aucun problème avec le Maroc frère", précisant que la cause du "Sahara Occidental est une question de décolonisation exposée au niveau de l'ONU".

Il également rappelé la position du défunt Roi marocain, Hassan II lors de sa visite en Algérie en 1989 pour "la promotion des relations fraternelles bilatérales loin de la cause Sahraouie".

Lire la suite »

L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali

Posté le 23/09/2020
L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali
 
 

ALGER - L'Algérie, chef de file la médiation internationale au Mali, a déclaré mardi "prendre acte" de la désignation de M. Bah Ndaw comme président de la transition au Mali et du Colonel Assimi Goita comme vice-président, réitérant "son engagement à accompagner le Mali durant cette période difficile".

"L'Algérie prend acte de la désignation de M. Bah Ndaw comme président de la transition au Mali et du Colonel Assimi Goita comme vice-président", indique un communiqué du ministère de Affaires étrangères.

Et d'ajouter " l'Algérie attend avec intérêt la mise en œuvre du reste des institutions de la transition en vue de permettre une conduite apaisée et calme de la période de transition vers l'organisation d'élections qui acteront le retour à l'ordre constitutionnel au Mali frère et voisin".

Rappelant "les importants efforts" déployés par l'Algérie pour "la stabilisation du Mali à travers la conclusion, en 2015, de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger et pour la préservation de la stabilité de ce pays durant les derniers mois", le ministère des Affaires étrangères souligne que "l'Algérie "continuera de suivre de près l'évolution de la situation au Mali".


Lire aussi: Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi


L'Algérie se "félicite de l'attachement de l'ensemble des parties maliennes à la mise en œuvre effective de l'accord d'Alger et réitère son engagement, en sa qualité de chef de file de la médiation internationale et présidente du Comité de suivi de mise en œuvre de l'accord (CSA), à tout entreprendre pour poursuivre la mise en oeuvre de l'accord en tant que seule voie à même de permettre au Mali de préserver durablement sa stabilité et de relever les défis multiples auxquels il fait face", relève le ministère des Affaires étrangères.

Elle " réitère, enfin, son engagement pour accompagner le Mali durant cette période difficile et réaffirme sa solidarité indéfectible en direction du peuple malien frère". 

Lire la suite »

Partenariats stratégiques: Vers une évaluation préservant les intérêts de l'Algérie

Posté le 08/09/2020
Partenariats stratégiques: Vers une évaluation préservant les intérêts de l'Algérie
 
 

ALGER- Le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum, a indiqué que les relations de l'Algérie avec ses partenaires stratégiques seront évaluées avec pragmatisme pour préserver les intérêts du pays, déclarant privilégier  "l'efficacité à la polémique et aux effets d’annonce".

" Les relations avec les partenaires stratégiques de l'Algérie seront évaluées pour faire du pays une puissance d'équilibre", a déclaré le ministre dans un entretien à la revue El Djeich.

" Les considérations de pragmatisme et de préservation des intérêts de notre pays devraient désormais régir les relations avec les partenaires étrangers de l'Algérie dans le cadre d’une approche (tous-gagnant)", a relevé le ministre dans cet entretien accordé à la revue mensuelle de l'Armée nationale populaire (ANP).

Sabri Boukadoum a souligné que la diplomatie algérienne a toujours " privilégié l'efficacité à la polémique et aux effets d’annonce", précisant qu'elle "œuvrera également à promouvoir les dynamiques de coopération, de partenariat et d’intégration dans tous les groupements auxquels elle

appartient, à savoir le Maghreb, le Sahel, l'Afrique, le monde arabe, la Oumma islamique et l'espace méditerranéen.

Dans cette interview, le ministre a relevé que les cadres de l'appareil diplomatique sont" mobilisés comme des soldats de la paix pour contribuer aux prochaines échéances du renouveau national mené par le Président de la République".

" La diplomatie de tout Etat n'est qu'un miroir reflétant la situation qui y prévaut et le degré de cohésion de son front intérieur et de solidité de ses institutions", souligne encore Boukadoum.

Mettant en exergue "le fort retour" de l'Algérie sur la scène régionale et internationale, le ministre a expliqué qu'il était " le reflet d'une nouvelle ère que l'Algérie connaît à travers le projet porté par le

président de la République vers une nouvelle République dans laquelle la politique étrangère a un rôle effectif, au service des intérêts de l'Etat et en contribution à la mise en œuvre de la politique de renouveau et de construction nationale".

Cela confirme, a-t-il enchainé, " l’importance de préserver le consensus national autour de la politique étrangère" comme "un atout important" pour l'appareil diplomatique et pour toutes les institutions impliquées dans la conduite de la politique étrangère".

C'est aussi, dira-t-il  un atout à valoriser afin de "renforcer les positions de l'Algérie et ses acquis dans les enceintes internationales".

 Nous sommes convaincus que la diplomatie algérienne, de par son histoire riche de réalisations, poursuivra son travail inlassable pour mettre en œuvre les grandes tendances et priorités de la politique étrangère, avec une attention particulière à l'Afrique, et pour accroitre notre présence et notre influence dans les régions du Sahel et du Maghreb", a relevé le ministre

Lire la suite »

Le Mali est un pays "extrêmement important" pour l'Algérie

Posté le 01/09/2020
Le Mali est un pays "extrêmement important" pour l'Algérie
 
 

BAMAKO - Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a indiqué vendredi à Bamako, que le Mali est un pays "extrêmement important" pour l'Algérie et tout ce qui concerne ce pays voisin "nous concerne aussi".

"Le Mali est pays extrêmement  important pour nous et tout ce qui concerne le Mali nous concerne aussi", a indiqué M. Boukadoum dans une déclaration à la presse à son arrivée dans la capitale malienne pour une visite d'une journée.

"Je suis venu sur instruction du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, pour écouter d’abord, discuter et échanger les points de vue sur la situation au Mali de manière à ce que le peuple malien puisse vivre dans la paix, la sérénité et la concorde", a-t-il souligné.


Lire aussi: Boukadoum s'entretient à Bamako avec les membres du CNSP au Mali


M. Boukadoum a, en outre, relevé que l'Algérie et le Mali sont deux pays voisins qui partagent de longues frontières et qui sont liés par des relations "historiques, familiaux, tribaux et d’amitié".

Pour rappel, M. Boukadoum a été dépêché par le président de la République pour une visite d'une journée au Mali, laquelle s'inscrit dans "la continuité des relations historiques de fraternité et de solidarité que l'Algérie a toujours entretenues avec le Mali" , avait indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Cette visite vient également "marquer le soutien indéfectible au peuple malien frère et son attachement ferme à la sécurité et à la stabilité du Mali".

Lire la suite »