La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.
La PrésidenceLa Présidence
 
La Présidence de la République
 
 
Premier - MinistèrePremier - Ministère
 

Ministère des Affaires Étrangères 
 Ministère des Affaires Étrangères  Ministère des Affaires Étrangères

 

Demande du S12 en ligneDemande du S12 en ligne

Demande du 12S

 

Passeport Biométrique ÉlectroniquePasseport Biométrique Électronique

 Passeport Biométrique Électronique 

Nombre de visites

Tournée de Boukadoum: le rôle de l'UA dans le dossier sahraoui confirmé

Posté le 18/01/2021
Tournée de Boukadoum: le rôle de l'UA dans le dossier sahraoui confirmé
 
 

ALGER - Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a effectué, la semaine dernière, une tournée en Afrique au cours de laquelle une grande convergence de vues et de positions a été notée avec les dirigeants africains concernant différentes questions régionales et internationales d’intérêt commun notamment sur le rôle de l'Union africaine (UA) dans le règlement politique du conflit du Sahara occidental.

Après l’Afrique du Sud, le Lesotho et l’Angola, le chef de la diplomatie a effectué une visite au Kenya en prélude au 34e sommet de l'UA prévu le mois de février prochain. La pandémie de Covid-19, la situation au Sahel, en Libye en Afrique centrale, en RD Congo et en République centrafricaine (RCA), ainsi que la menace croissante du terrorisme sur le continent, ont été au centre des discussions. Les derniers développements au Sahara occidental ont été également au cœur de toutes les attentions du ministre et ses interlocuteurs africains.

Le ministre qui a entamé son périple à Pretoria, a été reçu par le président sud-africain, M. Cyril Ramaphosa à qui il a transmis "le ferme attachement du président de la République, Abdelmadjid Tebboune au renforcement du partenariat stratégique entre les deux pays et son engagement à insuffler une nouvelle dynamique à la coopération bilatérale".

Pour sa part, Ramaphosa a exprimé "sa volonté d’œuvrer de concert avec son frère, Abdelmadjid Tebboune, au développement de la coopération bilatérale dans ses dimensions politique, sécuritaire, économique et culturel, en vue d’une exploitation optimale des opportunités offertes de part et d’autre".

Toujours à Pretoria, le chef de la diplomatie et son homologue sud-africaine, Naledi Pandor, "ont souligné l'importance stratégique de la Commission binationale (BNC) en tant que mécanisme bilatéral structuré pour coordonner et forger une coopération bilatérale et un partenariat entre les deux pays".

En outre, M. Boukadoum et son homologue Mme Pandor, ont discuté des derniers développements en Libye et passé en revue le processus politique mené par l'ONU, soulignant l'impératif pour l'UA, à travers le Comité de haut niveau sur la Libye, d'"accroître son implication pour garantir un processus politique dirigé par les Libyens qui préserve l'unité et l'intégrité territoriale du pays et mette fin à l'ingérence étrangère".


Lire aussi : Alger et Pretoria renouvellent leurs liens historiques et leurs engagements régionaux et internationaux


Concernant la question du Sahara occidental, les deux parties se sont déclarées "gravement préoccupées" par l'escalade des tensions militaires dans les territoires occupés et ont réaffirmé à cet égard leur position qui consiste à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui assurera l'autodétermination du peuple du Sahara occidental.

M.Boukadoum et Mme Pandor ont, dans ce même contexte, exprimé leur "plein appui" à la nomination immédiate par le Secrétaire général des Nations unies de son Envoyé personnel pour le Sahara occidental".

 

Approfondir la coordination au sein des organisations régionales et internationales

 

Après l’Afrique du Sud, le ministre Boukadoum, a été accueilli au Royaume du Lesotho. Il a été question pour lui et les responsables de ce pays, le Premier ministre, M. Moeketsi Majoro et la ministre des Affaires étrangères et des relations internationales, Matsepo Ramakoae, de mettre l’accent sur la nécessité de finaliser le cadre juridique et redynamiser les contacts à tous les niveaux en perspective de la tenue de la session inaugurale de la Commission mixte.

Les deux parties ont convenu d'approfondir la coordination au sein des organisations régionales et internationales, en vue de défendre les principes de droit international et réaliser les objectifs de l’organisation continentale dans les domaines de la paix, de la sécurité et du développement.

S’agissant du conflit au Sahara occidental, les deux parties ont souligné l’impératif pour l’UA et les Nations Unies d’œuvrer, de concert, pour le lancement d’un véritable processus politique à même de permettre le parachèvement du processus de décolonisation.

En visite en Angola à l’invitation de son homologue, M. Antonio Tete, ministre des Relations extérieures, M. Boukadoum a été reçu, en audience, par le président angolais, M. Joao Lourenço. Lors de cette audience, M. Boukadoum a assuré au chef d’Etat angolais de " la volonté du Président Tebboune, de consolider davantage les liens historiques d’amitié, de fraternité et de solidarité existants entre les deux pays, et d’approfondir le dialogue politique sur les questions importantes d’intérêt commun, au service de la paix, de la stabilité et du développement économique et social du continent africain".


Lire aussi : Sahara occidental: Alger et Pretoria plaident pour la nomination immédiate d'un émissaire onusien


De son coté, le Président Laurenço a exprimé tout le respect et l’estime qu’il voue à l’Algérie et au Président Abdelmadjid Tebboune. Cette audience a été précédée d’une réunion de travail entre les deux chefs de diplomatie, qui a porté notamment sur l’évaluation de l’état de la coopération bilatérale et les perspectives de son développement.

En outre, la réunion a donné lieu à un échange approfondi sur les questions politiques et de paix et de sécurité en Afrique, particulièrement les situations prévalant respectivement en Libye, au Mali, au Sahara Occidental (...)

Avec son homologue kenyane, Raychelle Omamo, le ministre a évoqué les relations bilatérales ainsi que les principaux foyers de tension sur le continent africain.

Au titre des questions régionales et internationales, les deux ministres ont relevé avec "satisfaction la convergence de leurs positions privilégiant le respect des principes du droit international et le règlement pacifique" des crises et conflits. Ils ont passé en revue les derniers développements des "principaux foyers de tension sur le continent africain.

Lire la suite »

Avant-projet de loi sur les élections: le Président Tebboune préside une séance de travail

Posté le 08/01/2021
Avant-projet de loi sur les élections: le Président Tebboune préside une séance de travail
 
 

ALGER- Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a présidé, jeudi, une séance de travail consacrée à l'avant-projet de loi organique portant régime électoral, indique un communiqué de la Présidence de la République.

A l'entame de la séance, le Président de la République a donné la parole au président de la Commission nationale chargée d'élaborer le projet de révision de la loi organique portant régime électoral, M. Ahmed Laraba, pour présenter "un rapport détaillé sur la teneur et les étapes de l'élaboration de cette loi importante".

Le Président Tebboune a, également, écouté "l'intervention du président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi à propos de la contribution de son instance à l'enrichissement des propositions du projet de révision de ladite loi organique".


Lire aussi : Première année du mandat du président Tebboune: poursuite résolue de la lutte contre la corruption


Le Président de la République a, par la suite, donné les instructions suivantes:

- Finaliser dans les plus brefs délais l'élaboration du nouveau projet de la loi organique relatif aux élections, en prévision des échéances électorales importantes qu'attend le pays.

- Tenir compte, dans le nouveau projet de loi, de l'engagement de moraliser la vie politique et de tenir le processus électoral à l'abri de l'influence de l'argent, tout en ouvrant la voie aux jeunes et à la société civile pour participer à la prise de décision à travers les instances élues.

- Garantir des élections transparentes qui traduiraient réellement la volonté du peuple et qui opéreraient une rupture définitive avec les pratiques du passé, et dont découleraient des institutions démocratiques hautement crédibles.

- Distribuer une mouture du projet de loi aux partis politiques, pour enrichissement avant l'élaboration de la mouture finale.

Lire la suite »

Alger attend de Washington "l'impartialité" pour faire avancer les causes de la paix

Posté le 08/01/2021
Alger attend de Washington "l'impartialité" pour faire avancer les causes de la paix
 
 

ALGER - L'Algérie attend des Etats-Unis "l'impartialité qu'exigent les défis actuels" pour faire avancer les causes de la paix sur les plans régional et international , a indiqué, jeudi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum au cours d'une audience qu'il a accordée au sous-secrétaire d'Etat adjoint en charge des questions du Proche-Orient au département d'Etat américain, David Schenker.

Au cours de cette audience, "M. Boukadoum a souligné la nature du rôle attendu des Etats-Unis pour faire avancer les causes de la paix sur les plans régional et international, dans l'impartialité qu'exigent les défis actuels",  indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Une déclaration faite dans le contexte d'un échange sur "les questions régionales et internationales d'intérêt commun, y compris le Sahara occidental, le Mali, la Libye et la situation prévalant dans la région du Sahel et au Moyen-Orient", précise le communiqué.

L'année 2020 a été marquée, sur le plan international, par les actions menées par le président américain sortant, Donald Trump en vue de convaincre des pays arabes de normaliser leurs relations avec l'entité sioniste. Le 10 décembre dernier, Trump avait déclaré reconnaître officiellement la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en contrepartie de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Une décision qui a été largement critiquée au niveau international  mais aussi aux Etats-Unis et au sein même du parti du président sortant.

L'annonce faite par Trump a été condamnée principalement parce qu'elle va à l'encontre des résolutions de l'Organisation des Nations unies (ONU) en faveur d'un référendum d'autodétermination au profit du peuple sahraoui, mais également parce qu'elle contredit la position américaine par rapport à ce dossier.

Cette décision parasite, d'autre part, le rôle que les Etats-Unis sont supposés jouer au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, puisqu'ils prennent en charge la fonction de porte-plume des résolutions sur le Sahara occidental, ce qui implique une neutralité de fait.

Le 24 décembre dernier, la délégation allemande à l'ONU s'était précisément attardée sur ce point, rappelant aux Etats-Unis leur devoir d'impartialité en ce qui concerne cette question.


Lire aussi : Boukadoum reçoit le Sous-secrétaire d'Etat adjoint américain pour le Proche-Orient


"Etre porte-plume implique de la responsabilité. Cela s'accompagne d'un engagement fort pour résoudre un problème, il faut être juste, il faut être impartial, il faut avoir à l'esprit l'intérêt légitime de toutes les parties et il faut agir dans le cadre du droit international", avait déclaré l'ambassadeur allemand à l'ONU, Christoph Heusgen en s'adressant à la délégation américaine à l'ONU.

Au niveau international, les regards sont d'ores et déjà tournés vers Joe Biden qui a les pleins pouvoirs pour annuler cette décision qui rompt avec trois décennies de politique américaine au Sahara Occidental.

Par ailleurs, le président Donald Trump a brillé en ce début d'année par son rejet des résultats des élections présidentielles américaines remportées, en novembre, par son rival démocrate, Joe Biden. Une résistance qui a donné lieu à des actes de violences à Washington par des partisans du président sortant qui devrait être remplacé officiellement le 20 du mois en cours.

Des manifestants ont fait irruption dans la Chambre des représentants où a été confirmée la victoire de Joe Biden aux présidentielles. Une personne a été tuée dans ces violences qui ont duré plusieurs heures.

Lire la suite »

Boukadoum reçoit le Sous-secrétaire d'Etat adjoint américain pour le Proche-Orient

Posté le 08/01/2021
Boukadoum reçoit le Sous-secrétaire d'Etat adjoint américain pour le Proche-Orient
 
 

ALGER- Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum a reçu jeudi à Alger, le Sous-secrétaire d'Etat adjoint américain en charge des questions du Proche-Orient, David Schenker, indique un communiqué du ministère.

"M. Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères a reçu aujourd'hui en audience M. David Schenker, Sous-secrétaire d'Etat adjoint en charge des questions du Proche-Orient au département d'Etat américain, qui effectue une visite de travail en Algérie le 06 et 07 janvier 2021", précise le communiqué.

"Cette rencontre a été l'occasion de faire une évaluation exhaustive et franche de l'état des relations bilatérales algéro-américaines dans les divers domaines de coopération", informe le ministère.

" Les deux responsables ont, par ailleurs, longuement échangé sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun, y compris le Sahara occidental, le Mali, la Libye et la situation prévalant dans la région du Sahel et au Moyen-Orient", ajoute la même source.

" A cet égard, M. Boukadoum a souligné la nature du rôle attendu des Etats-Unis pour faire avancer les causes de la paix sur les plans régional et international, dans l'impartialité qu'exigent les défis actuels", conclut le communiqué.

Lire la suite »

Le Président Tebboune signe le décret présidentiel portant amendement de la Constitution

Posté le 02/01/2021
Le Président Tebboune signe le décret présidentiel portant amendement de la Constitution
 
 

ALGER- Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a signé le décret présidentiel portant promulgation dans le Journal officiel de l’amendement de la nouvelle Constitution, indique un communiqué de la Présidence de la République.

Lire la suite »

Le Président Tebboune signe la Loi de finances 2021

Posté le 02/01/2021
Le Président Tebboune signe la Loi de finances 2021
 
 

ALGER- Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a signé jeudi la Loi de Finances de 2021, a indiqué un communiqué de la Présidence de la République.

La signature a eu lieu en présence du président du Conseil de la Nation par intérim, Salah Goudjil, du président de l'Assemblée Populaire Nationale (APN), Slimane Chenine, du Premier ministre, Abdelaziz Djerad et du chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de Corps d'Armée, Saïd Chanegriha, selon le communiqué.

Etaient également présents le ministre des Finances, Aymane Benabderrahmane, le chef de cabinet de la Présidence, Nour-Eddine Baghdad Eddayedj, le secrétaire général de la Présidence, Mohamed El-Amine Messaid et le secrétaire général du Gouvernement, Yahia Boukhari, selon la même source.

Lire la suite »

Le président de la République tient une séance de travail avec le chef d'Etat-major de l'ANP

Posté le 02/01/2021
Le président de la République tient une séance de travail avec le chef d'Etat-major de l'ANP
 
 

ALGER - Le président de la République, Chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, Abdelmadjid Tebboune a tenu mercredi une séance de travail avec le chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de Corps d'Armée, Saïd Chanegriha, qui s'est félicité à nouveau du retour du Président au pays et lui a présenté un rapport sur la situation interne et les derniers développements dans les pays voisins et au niveau des frontières, indique un communiqué de la Présidence.

"Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale a tenu aujourd'hui une séance de travail avec le chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de Corps d'Armée, Saïd Chanegriha, qui s'est félicité à nouveau du retour du Président au pays et lui a présenté un rapport sur la situation interne et les derniers développements dans les pays voisins et au niveau des frontières", précise la même source.

Lire la suite »

L'Algérie réaffirme que le conflit du Sahara occidental est une question de décolonisation

Posté le 14/12/2020
L'Algérie réaffirme que le conflit du Sahara occidental est une question de décolonisation
 
 

ALGER - L'Algérie réaffirme que le conflit du Sahara occidental est une question de décolonisation qui ne peut être résolue qu'à travers l'application du droit international, indique samedi un communiqué du ministère des Affaires étrangères (MAE).

"Le conflit du Sahara occidental est une question de décolonisation qui ne peut être résolue qu’à travers l’application du droit international et de la doctrine bien établie des Nations Unies et de l’Union Africaine en la matière, c'est-à-dire l’exercice authentique par le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément aux dispositions de la résolution 1514 (XV) portant octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux, dont la communauté internationale célèbre, cette année, le 60ème anniversaire", précise le communiqué.


Lire aussi : Le Conflit au Sahara Occidental, traité par l’ONU comme une question de décolonisation 


Dans ce cadre, est-il ajouté, la proclamation du 4 décembre, annoncée le 10, est "sans effet juridique, car elle contrevient à l’ensemble des résolutions des Nations Unies et notamment à celles du Conseil de Sécurité sur la question du Sahara occidental, la dernière étant la résolution 2548 du 30 octobre 2020, rédigées et défendues par le "porte-plume" américain.

Et le MAE de prévenir qu'elle (la proclamation) "pourrait porter atteinte aux efforts de désescalade déployés tous azimuts en vue de préparer le terrain au lancement d’un véritable processus politique et de convaincre les deux parties en conflit, le Royaume du Maroc et le Front Polisario, de la nécessité de s’engager, sans conditions, sur la voie du dialogue, sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies, appuyée par l’Union Africaine".

L’Algérie, dont la position s’adosse à la légalité internationale contre la logique de la force et des marchés douteux, réitère son appui indéfectible à la cause juste du peuple sahraoui, conclut le communiqué du MAE.

Lire la suite »

L'Algérie prend acte "avec grand regret" de la résurgence de foyers de tension armée en Afrique

Posté le 04/12/2020
L'Algérie prend acte "avec grand regret" de la résurgence de foyers de tension armée en Afrique
 
 

ALGER- L'Algérie prend acte "avec grand regret" de la résurgence de foyers de tension armée en Afrique, ainsi que les tentatives récurrente d’occulter le rôle de l’Union africaine (UA) et de l'entraver dans l'acquittement des responsabilités qui lui incombent, a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

"La situation au Sahara occidental, notamment les développements auxquels nous avons assisté récemment, est une source de grande inquiétude pour l'Algérie", a précisé M. Boukadoum dans son allocution à la 21e session extraordinaire du Conseil exécutif de l'UA.

Et d'ajouter: "outre les tentatives d'imposer la politique du fait accompli dans les territoires d'un membre fondateur de notre organisation, les violations enregistrées contre des civils dans la région d’El-Guerguerat ont posé de sérieux défis susceptibles de mettre en péril la paix et la sécurité dans toute la région".

Ces développements dans le dossier du Sahara occidental "interviennent au moment où le processus politique de l’ONU pour le règlement de la question sahraouie se trouve dans une impasse sans précédent qui a exacerbé les souffrances du peuple sahraoui en l'absence de perspectives de négociations politiques sérieuses permettant l’autodétermination du peuple sahraoui", a relevé le chef de la diplomatie algérienne.

"Face à ces graves développements, notre organisation continentale, qui a joué un rôle constructif dans l’élaboration et l'adoption du plan de règlement onusien, ne peut pas rester en marge", a soutenu le ministre des Affaires étrangères lors de cette réunion préparatoire des 13e et 14e sessions extraordinaires de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, appelant le Conseil africain de paix et de sécurité à assumer la responsabilité qui lui incombe, conformément au texte de son protocole d’institution, suite à l'échec total du mécanisme de la Troïka.

Lire la suite »

Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie

Posté le 02/12/2020

ALGER - L'Union parlementaire africaine (UPA), a condamné mardi fermement la résolution du Parlement européen (PE) sur la situation des droits de l'Homme en Algérie, la qualifiant d'"ingérence dans les affaires intérieures de l'Etat Algérien".

L'UPA a dénoncé, dans un communiqué, l'ingérence du Parlement européen (PE) dans les affairesintérieures de l'Etat Algérien, appelant cette institution européenne à "respecter la souveraineté de l'Etat algérien, son système constitutionnel et juridique et la non-ingérence dans ses affaires intérieures et celles des pays africains".

L'UPA a exprimé "sa solidarité avec le Parlement Algérien dans sa position contre cette résolution du Parlement européen".

L'Union a appelé, dans ce contexte, "à la solidarité parlementaire africaine face à toute ingérence dans les affaires intérieures des pays africains".

L'Algérie a condamné samedi "avec force" cette résolution du Parlement européen, affirmant que son "contenu outrancier" se résume à "un chapelet d'injures et d'avanies à l'endroit du peuple algérien, de ses institutions et de l'Etat algérien".

Lire la suite »